clotilde valter site

Mieux connaître Clotilde Valter

Engagée au service de l'intérêt général

Engagée au service de l'intérêt général

Mon premier choix, fut celui de m’engager pour l'intérêt général. Au service de mon pays et au service de mes concitoyens. Entrer dans la fonction publique pour ses valeurs, au nom du service public, pour ce que l'Etat représente dans notre pays comme porteur de notre projet collectif, celui de vivre ensemble d'abord, de préparer l'avenir ensuite. Lors de ma sortie de l'ENA, le choix du ministère de l'intérieur fut le choix du ministère de la République, le ministère des libertés et des sécurités.
Engagée pour défendre mes convictions

Engagée pour défendre mes convictions

Mon engagement en politique porte la marque d'une personnalité hors du commun, Lionel JOSPIN, premier secrétaire du Parti socialiste de 1980 à 1988 et de 1995 à 1997, ministre de l'éducation nationale de François MITTERRAND et Premier ministre de 1997 à 2002. Et c'est lui, à travers son action, sa conception noble de la politique et de l'action publique, qui, m'a conduite à m'engager en politique en 1995, en entrant au Parti socialiste dès lors qu'il en redevenait le Premier secrétaire. Avec lui, j'ai compris que l'on pouvait concilier les deux engagements, politique et intérêt général. J'ai aussi mesuré à quel point la bataille politique pour la transformation de notre pays, pour nos valeurs devait être menée dès lors que l'opportunité nous en était donnée : il n'y avait pas d'autre choix. C'était à la fois une évidence et une responsabilité.
Mon travail auprès de lui à Matignon a achevé de me convaincre qu'il me fallait aller au bout et donner une suite à ce qu'il m'avait transmis, en m'engageant moi-même. C'est ainsi que j'ai, en 1999, accepté la proposition de Yvette ROUDY de venir travailler avec elle à Lisieux. Là encore il y avait deux enjeux majeurs pour moi : contribuer avec d'autres à l'ancrage à gauche de la Normandie mais aussi au développement de ce territoire, laissé de côté par les exécutifs tant de la région que du département.
Engagée pour notre territoire

Engagée pour notre territoire

Conseillère municipale de Lisieux à partir de 2001, conseillère générale en 2004 j'ai mesuré à quel point le territoire du Sud Calvados -plaine Sud de Caen et Pays d'Auge Sud- était abandonné tant par la majorité départementale que par la majorité régionale jusqu'en 2004. La question des inégalités territoriales était pourtant majeure tant dans le Calvados qu'en Basse-Normandie. Philippe DURON et Laurent BEAUVAIS ont, a la région, en ont fait une priorité, le Conseil départemental n'y est pas encore, malheureusement. Et là, il y a du travail à faire et c'est au cœur de mon combat tant je mesure à quel point les conséquences sont lourdes pour nos concitoyens tant en termes d'emploi que de conditions de vie.
Lisieux-Normandie

Lisieux-Normandie

La fusion des deux régions normandes, que j'ai votée comme députée, puis la création de l'agglomération de Lisieux-Normandie ouvrent des perspectives nouvelles à notre territoire qu'il va nous falloir saisir rapidement.
Engagée pour notre pays

Engagée pour notre pays

Notre pays traverse, depuis plusieurs années, des moments difficiles. Les inquiétudes prennent le pas sur la réflexion et le débat qui devraient nous animer pour préparer l’avenir. Jamais, depuis la Seconde Guerre mondiale nous n’avons été autant bousculés par l’instabilité du monde, la montée des tensions, les rapports de force qui évoluent, les mutations technologiques et économiques qui s’accélèrent. Jamais nous n’avons été confrontés à une telle perte de repères mais aussi au sentiment que, aujourd’hui, l’essentiel est en cause. Le moment est grave et c’est le moment pour moi, plus que jamais auparavant, de défendre mes convictions car :

  • - notre pays a tout pour réussir. Il est riche de son histoire, des valeurs qu’il porte et des responsabilités qu’il assume au plan international ;
  • - il a la force que lui donnent, face aux épreuves, les valeurs de notre République qui se traduisent au quotidien par le respect, la tolérance, la solidarité et le partage ;
  • - il lui faut retrouver la paix et la volonté de construire un projet qui nous rassemble et qui ne laisse personne au bord du chemin.
  • Une France grande, forte et belle

    Une France grande, forte et belle

    Nous avons la chance de vivre dans une démocratie où chacun se détermine librement. Notre pays ne peut se laisser emporter par la tentation du repli et de l’isolement. Il ne peut oublier son histoire, son rôle et sa place dans le monde. Il ne peut renoncer à son rêve européen qui lui a apporté la paix et un modèle de société envié partout ailleurs. Je suis fière de ce que nous sommes. La France est grande, forte et belle quand elle se bat, quand elle construit et se rassemble autour de nos valeurs communes. Et c’est tout le sens de mon engagement.