Législatives 2017, 3ème circonscription du Calvados : Clotilde Valter.

  • Clotilde Valter

    Mieux me connaître

    Mon premier choix, dans ma vie, fut celui de m’engager pour l'intérêt général. Au service de mon pays et au service de mes concitoyens. Entrer dans la fonction publique pour ses valeurs, au nom du service public, pour ce que l'Etat représente dans notre pays comme porteur de notre projet collectif, celui de vivre ensemble d'abord, de préparer l'avenir ensuite.

    Bien plus tard, à ma sortie de l'ENA, le choix du ministère de l'intérieur fut le choix du ministère de la République, le ministère des libertés et des sécurités.

  • Clotilde Valter

    Mon parcours

    SECRÉTAIRE D’ÉTAT AUPRÈS DE LA MINISTRE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL, CHARGÉE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L’APPRENTISSAGE...

  • Votre députée : pourquoi ? Comment ?

    Être Député, c'est un honneur pour celui ou celle qui exerce ce mandat qui lui a été confié par ses concitoyens. Mais en aucun cas un privilège.

  • Mieux me connaître
  • Mon parcours
  • Votre députée : pourquoi ? Comment ?

Mon dernier édito

Sur l'écologie, il faut changer de braquet

Le vote du 26 mai ’est un vote qui nous interroge tous. D'abord parce qu’il a plus porté sur la politique nationale que sur l’Europe et traduit le profond malaise que vivent nos concitoyens a l’égard de la vie publique et du fonctionnement de notre démocratie. Ils ont le sentiment de n’être ni écoutes ni entendus par les responsables politiques qui ne tiennent pas compte de leurs préoccupations. Et c’est pourquoi ils posent la question de la représentation et du fonctionnement de notre émocratie.

Ensuite, il y a  une excellente nouvelle avec la prise en compte de l’écologie et de l’urgence climatique qui s’imposent aujourd’hui sous la pression de nos concitoyens. Mais la plus grande vigilance est nécessaire :

  • parce qu’il y a urgence pour la planète et qu’il ne peut être question d’un effet de mode. Il faut incontestablement changer de braquet. Il faut accepter de changer de mode de vie et de mode de développement. Et ce n’est pas rien.
  • Mais aussi parce qu’ il ne peut être question d’écologie sans justice sociale. Les transformations nécessaires quant à l’énergie, au logement, aux transports doivent permette des gains de pouvoir d’achat pour les plus modestes. De même les « biens communs » de l’humanité (eau, énergie, terres....) ne sauraient être réservés à l’usage de certains ou préemptes par des intérêts financiers mais doivent être gérés au bénéfice du plus grand nombre et dans l’intérêt des générations à venir.

Enfin la gauche doit s’interroger sur la pertinence de ce qu’elle a proposé à nos concitoyens à l’occasion de ces élections c’est à dire une multitude de listes dont une partie d’entre elles ne pourront malheureusement être représentées au Parlement Européen, ce qui est regrettable.

La question de la projection sur d’autres scrutins à venir me semple pour le moins hasardeuse s’agissant des élections locales . Ce n’est pas la même élection. De ne sont pas les mêmes enjeux. Ce n’est pas le même niveau de participation. Une élection municipale ne relève pas du débat politique national. Mais il s’agit de se prononcer sur un projet et une équipe qui dans une perspective d’intérêt général, répondent aux préoccupations du territoire et de ses habitants.

Clotilde VALTER 

Défendre notre territoire

Défendre notre territoire

Au cours de nos cinq années de mandat parlementaire, Guy BAILLIART et moi-même avons accompagné les projets de la circonscription...

Mon bilan à l'Assemblée Nationale
France

Mon bilan à l'Assemblée Nationale

Les missions qui m'ont été confiées à l'Aassemblée Nationale...

Mon action au gouvernement
France

Mon action au gouvernement

Agir concrètement pour nos concitoyens et pour notre pays.

Le dire, le faire-proposer